Socialistes* en faveur d’un accord-cadre entre la Suisse et l’UE

Dans une économie globale, la justice sociale pour tous ne peut être conquise dans un seul pays. Et dans un monde multipolaire, aucun État ne peut à lui seul garantir la paix et la sécurité. Seule une Europe unie est à même de relever les défis de notre monde. C’est pourquoi nous avons besoin de l’UE.

Pour nous, socialistes*, les bilatérales étaient et sont le moyen d’une mise en réseau plus étroite et d’une participation progressive en Europe. Maintenant que l’accord-cadre avec l’UE entre dans sa dernière ligne droite, nous voulons souligner son importance vitale. Ce que le nationalisme et l’isolement pourraient signifier pour le peuple suisse est aujourd’hui douloureusement démontré par le Brexit et les attaques de la droite contre la démocratie en Pologne et en Hongrie.

LiensEurope est un mouvement de base au sein du Parti Socialiste Suisse qui œuvre pour une relation fiable et étroite entre la Suisse et l’UE. Nous veillons ainsi à ce que les futurs accords basés sur « le socle européen des droits sociaux » permettent une plus grande égalité des chances, des conditions de travail équitables et une protection sociale étendue également dans notre pays.

Le « socle européen des droits sociaux » est un catalogue de principes essentiels concernant l’emploi et la politique sociale convenus par le Parlement européen, le Conseil européen et la Commission européenne pour les réformes futures. Il a été adopté le 17 novembre 2017 sous la forme d’une Déclaration par les trois institutions. A l’avenir, le « socle européen des droits sociaux » doit servir de ligne directrice dans le domaine de la politique européenne de l’emploi et de la politique sociale. Ce socle formule des principes et des droits qui sont essentiels au bon fonctionnement et à l’équité des marchés du travail et des systèmes sociaux dans l’Europe du XXIe siècle.

En tant qu’Européens* dans un pays européen, nous, les socialistes* du mouvement de base LiensEurope, voulons également tenir compte de cette évolution vers un renforcement de l’Europe sociale et s’y référer lorsqu’il s’agit de conclure un accord-cadre institutionnel entre la Suisse et l’UE.

Il est intolérable que les négociations sur un accord-cadre aient été utilisées pour tenter d’affaiblir la protection des salaires en Suisse. L’intégration européenne et le progrès social sont indissociables. Qui le met en cause met en danger les relations stables de la Suisse avec l’UE. Il est clair pour nous que la protection des salaires suisses doit continuer à être pleinement garantie et progressivement étendue. La ligne rouge est et demeure : les salaires suisses sont payés à tous les salarié-e-s en Suisse. Les conditions de travail abusives et le dumping salarial sont combattus et sanctionnés

Nous sommes convaincus que la mise en œuvre du « socle européen des droits sociaux » permettra à l’avenir à la Suisse et à l’UE de parvenir à une plus grande justice sociale dans l’ensemble du continent européen.